Navigation

Seiteninhalt

Davos: Manifestation non autorisée du 29 janvier 2000

  • Erste Mitteilung
  • Neuen Beitrag einfügen
Ce samedi, les manifestants mobilisés par l'organisation anti-OMC et d'autres groupements n'ont pas apporté la preuve de leur capacité de manifester pacifiquement. Dès le samedi matin, avant même la manifestation illégale, ils ont mené d'innombrables actions de perturbation et provoqué de nombreuses déprédations. Les deux policiers blessés originaires des cantons de St-Gall et des Grisons ont entre- temps pu quitter l'hôpital. Deux personnes ont été arrêtées temporairement et remises en liberté dans le courant de la soirée. Le montant des dégâts occasionnés n'est pas encore connu.
Vers 15h00, une foule estimée à quelque 1300 personnes dont certaines étaient cagoulées s'est rassemblée à proximité de la gare de Davos Dorf où elles ont pu être bloquées. Après le re-groupement des manifestants, la Police s'est efforcée de mettre en place un barrage visuel dans le but de délimiter le champ d'action des manifestants et de les circonscrire dans un espace défini. Des barricades ont été installées par la Police tant sur le parcours de la Promenade que sur la route de la vallée afin d'empêcher les manifestants d'accéder au bâtiment du Congrès. Au début de la manifestation, la Police a volontairement renoncé à recourir à des moyens lourds pour ne pas s'exposer au reproche de provocation. La Police avait l'intention de rechercher et de mener le dialogue avec les manifestants. Cette attitude a cependant été catégoriquement rejetée. Très rapidement les opposants ont mis en pratique leur intention d'utiliser la violence. Un groupe a défoncé par la force et avec agressivité les barricades et pénétré sur la Promenade pour se diriger vers le Palais des Congrès. Les forces d'intervention ont pu retenir les casseurs à hauteur du Schiabach et empêcher qu'ils progressent en direction du bâtiment du Congrès. Le Palais des Congrès a pu être protégé de la manifestation et le programme du Congrès a pu se poursuivre comme prévu.
Les premières provocations et déprédations dans la région de Davos ont commencé dès 08h45. Des inconnus ont jeté des sachets de peinture contre les véhicules d'une délégation iranienne. D'autres dégâts dus à des sachets de peinture lancés contre des véhicules ou déprédations similaires ont été occasionnés à diverses reprises par la suite. Plusieurs voitures privées ont été endommagées et des fenêtres ont été brisées. A l'heure actuelle, il n'est pas encore possible de chiffrer les dégâts occasion-nés. Vers midi déjà, sur le trajet vers Davos, des manifestants avaient bloqué la circulation pendant une demi-heure à l'aide de trois autocars à Saas dans le Prättigau sur la route cantonale. Dans le village de Davos, plusieurs rues ont dû être bloquées temporairement. La circulation des bus de Davos a également dû être interrompue de 14h30 à 19h45 entre les gares de Davos Dorf et Davos Platz. Lors de contrôles effectués sur les deux voies d'accès à Davos, Prättigau et Landwassertal, la Police a saisi un important matériel de manifestant tel que des cagoules.

Mesures de sécurité renforcées
La Police du canton des Grisons avait pris les menaces des opposants anti-OMC très au sérieux. Le dispositif policier de sécurité a été adapté en conséquence. L'objectif de la Police était de mettre tout en œuvre pour éviter dans la mesure du possible la violence, mais également pour répondre de manière optimale à la mission de la Confédération selon laquelle, en application de l'article 29 de la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques pour les participants vis-à-vis de qui il existe des obligations de protection reconnues par le droit international, il y a lieu de prendre toutes les mesures appropriées pour empêcher toute attaque contre des personnes. La Police cantonale a bénéficié de l'appui des forces d'intervention de divers autres corps de Police et du corps de garde-fortifications ainsi que de la Police de la principauté du Liechtenstein.
Quelle: Kantonspolizei Graubünden
Neuer Artikel